Home » Infrastructure » Le stockage de demain

Le stockage de demain

Lors du récent congrès international « Global Future 2045 » qui s’est tenu à Moscou, le magnat des médias Dmitry Itskov a déclaré que l’immortalité pourrait être possible en « téléchargeant » la conscience humaine dans un robot. Cette théorie qu’on croirait tout droit sortie d’une nouvelle de science-fiction est-elle si loin de la réalité ? Selon Itskov , ce processus se développerait en plusieurs étapes avec dans un premier temps la création d’un robot contrôlé par le cerveau humain. Il souhaite par la suite transplanter un cerveau humain dans un robot humanoïde. Enfin, l’objectif serait de pouvoir remplacer cette greffe chirurgicale parune méthode pour télécharger simplement la conscience d’une personne dans une machine de substitution.
Itskov pense qu’il peut transplanter un cerveau en état de fonctionnement dans un robot – en seulement dix ans. Premier pas vers son objectif ultime : la conscience humaine complètement désincarnée et placé dans un hôte holographique dans 30 ans.
Est-il donc possible que d’ici une trentaine d’année, une personne puisse « être stockée » dans un robot ?
Pour l’instant, les scientifiques s’accordent à dire qu’il n’est pas encore d’actualité de pouvoir stocker ou télécharger la mémoire humaine dans un ordinateur. Mais ce projet reste envisageable dans les décennies à venir. En effet, il est probable que nous serons capables de stocker nos souvenirs d’une manière qui nous permettra de les récupérer plus tard. C’est un long processus qui nous attend avant la fusion entre la technologie informatique et le cerveau humain.
Cependant, ceci est poussé par de nouvelles découvertes en neurosciences, ainsi que les progrès en informatique et en intelligence artificielle.
Deux nouveaux projets scientifiques de grande envergure vont également donner une impulsion à cette idée.
Le président Obama a annoncé un effort de 1 milliard de dollars en février pour cartographier le cerveau, tandis que l’Union européenne a annoncé qu’elle allait financer un projet de 1,3 milliard de dollars pour construire un cerveau humain dans un substrat de silicium.
Mais avant de prétendre pouvoir nous télécharger sur un ordinateur, les neuroscientifiques disent qu’il nous faut au préalable bien comprendre le fonctionnement de nos mémoires.
A l’heure actuelle, l’important est encore l’échange des données. En effet, aujourd’hui, des millions d’informations circulent tout autour du monde à chaque seconde. Les échanges n’ont jamais été aussi simples. Mais qu’en est-il du stockage de ces données ?
Nous avons la possibilité de conserver nos données sur un périphérique de stockage personnel (clé USB, Disque dur externe,…) mais aussi de les sauvegarder dans le Cloud.
Les périphériques de stockage permettent de stocker toutes nos archives, ou nos fichiers ne subissant pas de modification comme les films, les photos, etc.
Le Cloud à l’inverse, propose non seulement une sauvegarde automatisée, mais aussi un accès à vos données depuis les terminaux mobiles (smartphones/tablettes) et n’importe quel ordinateur. Dans ce cas, le Cloud est plus propice pour les données amenées à être modifiées régulièrement ainsi que celles dont l’accès à distance pourraient vous être utile.
Le Cloud est une technologie nouvelle qui suscite des interrogations en terme de sécurité et de fonctionnement.
Le progrès est en marche, le besoin de pouvoir stocker nos données reste d’actualité et même si certains projets peuvent sembler déroutants ou déconcertants. Pouvoir stocker nos souvenirs reste tentant, il nous reste maintenant à observer les évolutions de ces idées encore complexes à appréhender, et à rappeler qu’il existe déjà aujourd’hui des solutions pour sauvegarder les informations.

Lors du récent congrès international « Global Future 2045 » qui s’est tenu à Moscou, le magnat des médias Dmitry Itskov a déclaré que l’immortalité pourrait être possible en « téléchargeant » la conscience humaine dans un robot. Cette théorie qu’on croirait tout droit sortie d’une nouvelle de science-fiction est-elle si loin de la réalité ? Selon Itskov , ce processus se développerait en plusieurs étapes avec dans un premier temps la création d’un robot contrôlé par le cerveau humain. Il souhaite par la suite transplanter un cerveau humain dans un robot humanoïde. Enfin, l’objectif serait de pouvoir remplacer cette greffe chirurgicale parune méthode pour télécharger simplement la conscience d’une personne dans une machine de substitution.
Itskov pense qu’il peut transplanter un cerveau en état de fonctionnement dans un robot – en seulement dix ans. Premier pas vers son objectif ultime : la conscience humaine complètement désincarnée et placé dans un hôte holographique dans 30 ans.
Est-il donc possible que d’ici une trentaine d’année, une personne puisse « être stockée » dans un robot ?Pour l’instant, les scientifiques s’accordent à dire qu’il n’est pas encore d’actualité de pouvoir stocker ou télécharger la mémoire humaine dans un ordinateur. Mais ce projet reste envisageable dans les décennies à venir. En effet, il est probable que nous serons capables de stocker nos souvenirs d’une manière qui nous permettra de les récupérer plus tard. C’est un long processus qui nous attend avant la fusion entre la technologie informatique et le cerveau humain.Cependant, ceci est poussé par de nouvelles découvertes en neurosciences, ainsi que les progrès en informatique et en intelligence artificielle.
Deux nouveaux projets scientifiques de grande envergure vont également donner une impulsion à cette idée.Le président Obama a annoncé un effort de 1 milliard de dollars en février pour cartographier le cerveau, tandis que l’Union européenne a annoncé qu’elle allait financer un projet de 1,3 milliard de dollars pour construire un cerveau humain dans un substrat de silicium.Mais avant de prétendre pouvoir nous télécharger sur un ordinateur, les neuroscientifiques disent qu’il nous faut au préalable bien comprendre le fonctionnement de nos mémoires.A l’heure actuelle, l’important est encore l’échange des données. En effet, aujourd’hui, des millions d’informations circulent tout autour du monde à chaque seconde. Les échanges n’ont jamais été aussi simples. Mais qu’en est-il du stockage de ces données ?
Nous avons la possibilité de conserver nos données sur un périphérique de stockage personnel (clé USB, Disque dur externe,…) mais aussi de les sauvegarder dans le Cloud.Les périphériques de stockage permettent de stocker toutes nos archives, ou nos fichiers ne subissant pas de modification comme les films, les photos, etc.Le Cloud à l’inverse, propose non seulement une sauvegarde automatisée, mais aussi un accès à vos données depuis les terminaux mobiles (smartphones/tablettes) et n’importe quel ordinateur. Dans ce cas, le Cloud est plus propice pour les données amenées à être modifiées régulièrement ainsi que celles dont l’accès à distance pourraient vous être utile.
Le Cloud est une technologie nouvelle qui suscite des interrogations en terme de sécurité et de fonctionnement.
Le progrès est en marche, le besoin de pouvoir stocker nos données reste d’actualité et même si certains projets peuvent sembler déroutants ou déconcertants. Pouvoir stocker nos souvenirs reste tentant, il nous reste maintenant à observer les évolutions de ces idées encore complexes à appréhender, et à rappeler qu’il existe déjà aujourd’hui des solutions pour sauvegarder les informations.

blog comments powered by Disqus

Abonnez-vous a TechnoMag

  TechnoMag.ma flux RSS    TechnoMag.ma Lettre d'information    TechnoMag.ma sur Facebook   TechnoMag.ma sur Twitter

© 2017 TechnoMag NTIC Maroc. All Rights Reserved. Log in